Retour à la version graphique

Menu gauche



Vous êtes dans

Fâchés oui, fachos non !

Pour la première fois de leur histoire, les Landes ont placé une liste d'extrême-droite en tête d'un scrutin électoral.
Fâchés oui, fachos non !

Sur cette terre ancrée à gauche, qui a porté de nombreux combats et se trouve toujours à la pointe du progrès social et humain, ce résultat doit servir de dernier électrochoc.Il traduit un profond malaise des campagnes, où le sentiment d'abandon et de crainte pour l'avenir, se mêle à l'impression d'être montrés du doigt pour nos pratiques et nos modes de vie.Ce malaise, les forces politiques traditionnelles ont échoué à le comprendre et à le résorber lors des dernières décennies. Pire, elles ont creusé le fossé entre les métropoles et la France rurale, en faisant porter sur cette dernière tout le poids de la mondialisation d'abord, de la transition écologique ensuite, sans contrepartie.Pour autant, les campagnes et le monde agricole n'ont rien à espérer d'une extrême-droite qui prône un capitalisme exacerbé et fait des incantations sur le protectionnisme sans penser l'autonomie de nos fermes, les débouchés de nos filières ou l'accompagnement de notre profession.Toutes les mesures pour améliorer la vie des travailleurs de la terre ont été obtenues par les forces de Gauche, de la Loi sur le fermage en 1946 à la Loi Chassaigne sur les retraites l'an dernier. C'est ce combat, celui pour nos droits et notre revenu, que nous devons poursuivre sur le terrain et dans les urnes !J'appelle la Gauche du département à s'unir enfin pour faire face à la catastrophe qui menace notre démocratie lors des Législatives anticipées.J'appelle les partis de progrès social à prendre enfin la mesure du malaise agricole et à y répondre de manière forte, au niveau européen par une refonte totale de la Pac comme au niveau national par une relocalisation de la production agricole nourricière et un soutien massif aux savoir-faire paysans.J'appelle enfin les paysannes et paysans landais à ne pas se tromper de combat et à transformer leur légitime colère en lutte pour la défense de leur métier et la conquête de nouveaux droits !

Mélanie Martin, présidente du Modef des Landes

  • Noté actuellement 0 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 0/5 (0 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !