Retour à la version graphique



Vous êtes dans

Autonomie semencière

Face à la grave crise qui touche l’élevage et la pression des marchés que subissent les agriculteurs, les paysans de l’Alpad s'organisent pour reprendre la main sur la production, l’échange et la sélection de semences adaptées à leurs pratiques et terroirs. Réduire le coût alimentaire sur les élevages, se réapproprier les savoir-faire, aller vers des systèmes moins dépendants des intrants et vers plus de biodiversité cultivée : autant d'enjeux auxquels l’autonomie semencière peut répondre.
Aujourd'hui l'Alpad travaille sur la réintroduction des blés et maïs paysans.

Blé paysan

Face à la grave crise qui touche l’élevage et la pression des marchés que subissent les agriculteurs, les paysans de l’Alpad s'organisent pour reprendre la main sur la production, l’échange et la sélection de semences adaptées à leurs pratiques et terroirs. Réduire le coût alimentaire sur les élevages, se réapproprier les savoir-faire, aller vers des systèmes moins dépendants des intrants et vers plus de biodiversité cultivée : autant d'enjeux auxquels l’autonomie semencière peut répondre.

Maïs paysan

Jeudi matin à Saint-Lon-les-Mines, derrière la caméra de France 3, déjà venu filmer les semis, le petit collectif saint-Lonnais de l’Alpad s’est réuni pour la récolte manuelle des épis de maïs paysan. La boucle a été bouclée dans la bonne humeur après une année d’observation des 9 variétés paysannes en test sur la vitrine de 10 ares.

Vers la transformation

Dans le cadre de la Route de la bio, l'Alpad en partenariat avec la fédération des cuma 640 a organisé mardi 21 novembre une après-midi à l'EARL Boy à Saint-Lon-les-Mines autour du maïs paysan : récapitulatif du projet, présentation des variétés les plus performantes de la campagne, réflexion autour de la transformation en farine avec l'intervention du Président des Ailes Bénessoises et la démonstration d'un moulin à la ferme Mülhomat.